Quand tu viens au théâtre tu viens faire une expérience ! Tu viens découvrir un univers différent, voir et entendre des histoires inédites. Il y a des choses que tu vas reconnaître et d’autres qui te seront complètement inconnues. Mais est-ce que l’inconnu est vraiment inconnu ? Est-ce que la danse est aussi loin de toi que tu ne le crois ? Tu as un corps, tu sais bouger, tu sais regarder. Tu sais même comprendre l’autre quand il bouge. Tu anticipes son mouvement et même tu l’imagines. D’ailleurs ne passes-tu pas ton temps à regarder les gens dans la rue, leur façon de se déplacer, de se regarder les uns les autres. Et puis tu n’arrêtes pas d’imaginer, de te raconter des histoires à partir de ce que tu vois. Par ton regard, par ton imaginaire, parce que tu es spectateur/spectatrice, tu es déjà un peu danseur/danseuse Viens donc t’échauffer avec nous dans cette série de modules !

LIRE LA SUITE

La danse est un art vivant qui a toujours été lié aux autres arts tout en restant très différents d’eux. Et c’est en regardant aussi ces autres formes d’arts comme la peinture, le cinéma, la musique que tu peux apprendre à regarder la danse. Chaque art a sa manière de poser les questions et posent parfois les mêmes questions. Et la plus importante de ces questions pour toi, c’est celle de ton regard. Comment toi, tu regardes les choses ?
Et là, comprendre comment tu regardes un tableau peut t’apprendre à voir la danse ! Car devant un tableau, comme devant un spectacle de danse, ton regard est mis en jeu. On lui demande d’aller à des endroits qu’il croit ne pas connaître. Ton regard, il est toujours en activité, toute la journée, depuis que tu es né/e. Tu vas au cinéma. Tu regardes la télévision. Tu passes ta vie à regarder les gens, les choses, les paysages. Il y a des choses que tu aimes regarder, d’autres que tu préfères ne pas voir. Il y en a même que tu fais semblant de ne pas voir.
Voilà comment tu peux regarder la danse ! Tu peux la regarder comme un tableau à certains moments, ou bien comme si tu regardais quelque chose dans la rue, ou encore comme si tu regardais quelque chose de la vie de tous les jours. À chaque fois, demande toi ce que tu regardes, où tu regardes et ce que tu ne vois pas mais que tu peux imaginer. Le/la chorégraphe joue avec ta façon de voir, te propose de rendre visible l’invisible.

Viens donc t'échauffer avec nous !

Est-ce que voir et regarder c'est la même chose ? Ne t'arrive-t-il pas parfois de regarder sans voir ce que tu regardes ? Que fais-tu de ton regard ? Qu'est-ce que tu vois ? Où diriges-tu ton regard ? Que fais-tu de ce regard qui te regarde ?

Dans un spectacle de danse, le regard est très important. Il va participer à générer la présence de l’interprète. La présence est un mot qui est beaucoup utilisé en danse ; et il veut dire énormément de choses. Pourquoi est-il si important ? Parce que la danse, comme la peinture, comme la musique, nécessitent deux présences. La première c'est la tienne, celle des spectateurs/spectatrices. Un spectacle de danse, un tableau attendent d'être regardés. Sans ton regard, ils restent muets, dans l'ombre. Lorsque l'on parle de ta présence, il ne s'agit pas seulement du fait que tu sois là assis dans le théâtre. Il s'agit bien plus d'être attentif, curieux et joueur avec ce qui va se passer sur la scène. La seconde présence tu t'en doutes maintenant, c'est celle des danseurs/danseuses, mais aussi de tous les objets qui peuvent être placés sur le plateau.

D'après toi, est-ce que l'histoire que raconte le tableau s'arrête aux limites du cadre ?
Comment sont orientés les regards des personnages ? Qu'est-ce que cela dévoile de leurs relations ?
Certains personnages regardent vers l'extérieur ? Qui regardent-ils ? Est-ce un personnage imaginaire ? Est-ce toi ?

Ressens-tu cette tension qu'il y a dans le fait que tu regardes un regard qui te regarde, alors que tu n'es même pas certain que ce soit toi qu'il regarde ? Dans ce jeu de regard une histoire se raconte. Le peintre sait que son tableau va être regardé, tout comme le/la chorégraphe et les danseurs/danseuses savent que tu vas regarder le spectacle. Comme toi, le/la chorégraphe et les danseurs/danseuses, savent que les regards peuvent dire beaucoup de choses. Il n’est pas nécessaire de dire des choses. Les intentions données par le regard suffisent.

Diego Velasquez, le peintre du tableau, joue avec deux espaces : l’espace géométrique et l’espace imaginaire du tableau, comme le/la chorégraphe joue avec ces deux espaces sur la scène. Le tableau est peint selon ce qu'on appelle les lois de la perspective qui est une organisation géométrique de la toile. Selon cette organisation géométrique, il y a un endroit bien particulier où tu dois te placer pour regarder le tableau.

Cet endroit est pointé par la flèche bleue. Mais tu te rends compte alors que les regards des personnages fixent un autre endroit en dehors du tableau, légèrement sur la gauche. C'est ce que montre la flèche rose. Cet endroit est exactement dans l'axe du miroir dans lequel tu peux voir qu'il y a deux visages qui sont peints. Diego Velasquez joue ici avec l'espace imaginaire de la toile, puisque le tableau est peint comme s'il y avait deux personnages qui étaient à l'extérieur du tableau, et donc invisibles, mais que les personnages regardent, et que le miroir reflète.

Le peintre pose donc une question à ton propre regard. Il lui demande : es-tu sûr de voir ce que tu regardes ? N'y a-t-il pas toujours quelque chose de plus ? Quelque chose qu'il te faudrait imaginer ? Ce sont des questions que posent aussi les chorégraphes et les danseurs/danseuses dans un spectacle de danse.

Cette image est une photographie du spectacle de danse Singspiele de Maguy Marin, il n’y a pas de danseur/danseuses sur scène à ce moment-là. Malgré tout, est-ce que ce que tu vois est vraiment un plateau vide ? Peut-être que dans un premier temps tu ne comprends pas. Alors sers-toi des choses que tu vois sur scène et donne leur un sens pour toi. Tu pourrais te poser les questions suivantes :

Comment sont-ils accrochés ?
Est-ce que c'est n'importe quel type d'habit ?
Qu'est-ce que cela raconte avant même que les danseurs entrent sur scène ?

Qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire de lire un spectacle de danse ? Est-ce qu'on lit un spectacle de danse comme on lit un texte ? Pas vraiment, mais pour l'un comme pour l'autre, lire suppose de regarder et de mettre en ordre ce qu'on regarde ? La danse n'est pas un texte, c'est « du mouvement dans le temps et l'espace » comme le rappelle ce grand chorégraphe américain, Merce Cunningham. Regarder la danse suppose une activité que tu pratiques en réalité tous les jours. C'est observer l'espace ! Tu sais, c'est le collage de deux espaces, l'espace géométrique et l'espace imaginaire. Ce qui les réunit, c'est ton regard. Pour le danseur et la danseuse, c'est la même chose. Ils dansent toujours dans un espace, qui est rempli d'objets, de personnes mais aussi de tout ce qu'il peut imaginer.

Arrête A
Arrête B

C'est ton regard qui construit ce que tu vois. Regarde ! En fonction de l'arrête « A » ou « B » du cube que tu mets en avant, ce n'est pas le même côté du cube que tu vois en premier. Cette petite expérience visuelle doit t'aider à comprendre que ton regard a quelque chose d'actif. Il construit l'image qu'il regarde.

De la même manière, lorsque tu regardes un paysage comme celui que Paul Cézanne a peint dans son tableau La Montagne Sainte-Victoire vue de Bellevue, tu peux faire un gros plan sur les maisons qui sont en bas du tableau, ou bien sur la montagne ou encore sur le ciel. Cela ne veut pas dire que lorsque tu fixes les maisons, la plaine, la montagne et le ciel disparaissent. Ils passent au second plan et la maison ressort en relief.

Ces deux danseurs sont en relation parce qu’ils font le même geste.
Pourquoi regarde-t-elle par terre ? Comment regarde-t-elle par terre ? Quelle impression te donne cette posture ?
Pourquoi y a-t-il tant d’espace entre les deux groupes de danseurs ? Tu as l’impression peut-être qu’ils n’ont rien à voir l’un avec l’autre. mais est-ce vraiment le cas ?
Ces deux danseurs sont en relation parce qu’ils se touchent. Mais ils font plus que se toucher. Ils partagent leur poids. Pourquoi est-ce que c’est la femme qui pose ses mains sur le buste de l’homme ? Est-ce qu’elle le repousse ? Est-ce qu’elle le retient ?

C'est la même expérience que tu peux vivre pendant un spectacle de danse. Tu es libre de fixer ton regard sur tel danseur/telle danseuse plutôt que sur tel/telle autre. Ou bien parce que soudainement cela te surprend, tu peux ne regarder pendant un moment que les bras du danseur/de la danseuse qui bougent avec la musique. C'est toi qui fais les liens entre les mouvements des danseurs/danseuses, entre les danseurs/danseuses et les objets, entre la danse et la musique. À toi aussi d'imaginer à quoi tout ceci te fait penser !

Tu t'es rendu compte que, depuis le début de l'échauffement, ton regard, lorsqu'il regarde la scène ou qu'il commence à lire les gestes des danseurs/danseuses, est déjà en train de penser et d'imaginer. Dès que tu commences à regarder quelque chose tu te mets à l'imaginer, à te demander ce que ça peut bien être, pourquoi c'est là et qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire. Regarder, imaginer et penser vont ensemble. Tu vois toujours plus que ce que tu vois, parce que tu imagines et tu penses à partir de ce que tu vois. Tu as la possibilité de rendre visible l'invisible.

L'invisible ce n'est pas le contraire du visible, ce n'est pas simplement ce qu'on ne voit pas. Ce n'est pas non plus ce qui est caché. L'invisible c'est au contraire tout ce que tu peux imaginer et penser en plus de ce que tu regardes. C'est avec cet invisible que joue le/la chorégraphe. Les danseurs/danseuses sont capables par un simple geste d'évoquer un univers imaginaire dans lequel tu peux entrer. Cet invisible tu en fais l'expérience lorsque tu vois l'adaptation au cinéma d'un livre que tu as lu. Tu es toujours un peu déçu car ce que tu avais imaginé en lisant l'histoire était beaucoup plus merveilleux que ce tu as pu voir dans le film.

Espace imaginaire du peintre, où il te montre ce qu’il veut te faire voir.
Espace réel : là où toi tu te trouves quand tu regardes.
Espace imaginaire pur, invisible, où tu peux imaginer ce que tu veux.
Les danseurs marchent sur la même ligne, tous ensemble, mais où se dirigent-ils ?
Est-ce que cet espace est vraiment vide ? Il te laisse la place d’imaginer tout ce qui peut relier le groupe de danseurs au danseur solitaire.
Pourquoi le danseur saute t-il ? Au dessus de quoi saute t-il ?

Le spectacle comme le tableau forme un tout avec un début, un milieu, une fin. Il y a donc une histoire qui se raconte. Les gestes des danseurs/danseuses, les images que tu as dans la tête, les choses auxquelles tu penses s'assemblent pour composer une histoire. Un spectacle se déroule dans le temps, cela veut dire que l'histoire qu'il raconte n'est pas donnée tout de suite, dès le début. L'histoire se transforme au fur et à mesure que le spectacle avance. Une pièce de danse ne s'arrête pas avec la fin du spectacle, mais continue d'exister dans ta tête et dans ton corps. Tu peux toujours continuer de réfléchir au spectacle. Si l'histoire ne s'arrête pas avec la fin du spectacle c'est parce qu'en la racontant, en discutant avec tes amis après le spectacle, tu continues d'en découvrir le sens. Tu continues à toujours réinventer l'histoire et à développer les idées que tu as eu en regardant le spectacle.

Tu t'aperçois dans ce petit film qu'il y a trois séquences différentes. Chacune de ces séquences est composée de deux images. L'une de ces deux images reste la même pour les trois séquences tandis que l'autre est différente. Tu te rends compte qu'en fonction de la première image l'expression du visage de l'homme change de sens, car l'émotion est différente.

Comme pour ces images, le sens d'un geste n'est jamais fixe mais change en fonction de la relation qu'il va nouer avec les autres gestes de la pièce. Par exemple le début d'un spectacle peut te faire penser à quelque chose, mais cette idée va changer avec ce qui va venir ensuite. Même le souvenir du spectacle va changer en fonction des discussions que tu vas avoir avec tes amis, car vous aurez tous vu les choses différemment.

Mais si l'histoire change avec le déroulement du spectacle, les émotions et les idées que tu as en tête changent elles aussi. Tu n'es pas obligé de tout comprendre tout de suite, certaines choses prendront du sens plus tard, peut-être même une fois que le spectacle sera terminé et que tu y repenseras dans ta tête. Tu peux aussi trouver que certains moments ne te plaisent pas du tout. Ce qui ne veut pas dire pour autant que tout le spectacle n'est pas bon. Tu peux t'ennuyer et puis être réveillé d'un coup par un geste ou une parole incroyable. Laisse-toi la possibilité d'être toujours surpris !

Feedback